Reconversion en Franchise

Monter une franchise en association

Le blog pour l'entrepreneuriat féminin et en franchise

Créer en franchise à plusieurs, c'est possible !

Si la plupart des franchisés se lance en solo dans l’aventure, une part non négligeable se lance en association (SARL, SAS, etc.). De fait, même en franchise il est non seulement tout à fait possible de créer son entreprise à plusieurs, mais en plus cette option se révèle souvent une excellente solution pour la pérennité de l’entreprise. Créer sa franchise en couple, en famille ou avec des partenaires : tour d’horizon de la création d’entreprise en franchise et à plusieurs.

La franchise en couple

En France, on considère que 77% des conjoints de franchisés sont investis dans le point de vente ! Près de la moitié d’entre eux aide au bon fonctionnement du point de vente, un tiers a le statut d’associé (ils détiennent donc des parts sociales et peuvent ainsi percevoir des dividendes) et 17% travaillent sans percevoir la moindre rémunération.

Créer sa franchise en couple présente de fait de nombreux avantages. Quand on se lance en franchise, les premières années, la gestion du point de vente peut être très prenante. Le fait de la partager avec son conjoint permet d’une part de ne pas trop pénaliser sa vie de couple et d’autre part d’être plus solide pour pérenniser l’activité.

Concrètement, plusieurs solutions sont envisageables :

  •  Le conjoint est associé minoritaire : il apporte des fonds et peut percevoir, le cas échéant, des dividendes, voire être gérant minoritaire, donc salarié, dans une SARL.
  •  Le conjoint est associé majoritaire : il apporte des fonds et peut percevoir, le cas échéant, des dividendes, et vous pouvez être gérante minoritaire, donc salariée, dans une SARL.
  •  Le conjoint peut avoir le statut de conjoint collaborateur : il ne perçoit pas de rémunération et n’a pas besoin d’être associé mais la société paie des cotisations sociales pour son rôle dans la structure. Il cumule donc des droits sociaux (retraite, chômage, etc.). présente quelques avantages qui permettent de rassurer la banque et favoriser un accord rapide.

Le principe de la franchise commerciale

Pour mieux comprendre la raison pour laquelle elle est plus rassurante, rappelons d’abord son fonctionnement. La franchise commerciale est une collaboration entre deux acteurs indépendants : le franchiseur, d’une part, et le franchisé, d’autre part. Le premier accorde au second le droit d’exploiter le concept qu’il a développé, au travers du contrat de franchise qui en fixe les conditions.

Ce contrat prévoit notamment qu’en échange du paiement d’un droit d’entrée et de royalties prélevés sur le Chiffre d’Affaires, le franchisé bénéficie de la mise à disposition : de signes distinctifs (brevet, marque, logo, enseigne), d’un savoir-faire qui implique d’avoir testé le concept par le biais d’un site pilote qui a fait ses preuves, et d’une assistance technique et commerciale pour être opérationnel. 

Il existe de nombreux réseaux qui ont chacun leur spécificité. Le montant des droits d’entrée dépend de leur notoriété. Plus ils sont connus, plus votre commerce sera rapidement prospère et plus le montant des droits d’entrée sera élevé. C’est justement la promesse de ces réseaux : vous garantir une rentabilité rapide en s’appuyant sur cette notoriété, et si vous suivez leurs préconisations.


Les avantages du point de vue de la banque

Premier avantage : la visibilité. Le fait que le concept ait déjà été développé ailleurs et puisse être dupliqué, c’est l’assurance que la recette fonctionne. Cela signifie également que le modèle est original et rentable, qu’il existe bien une Demande et que l’Offre est adaptée. La banque y voit une sécurité pour le Chiffre d’Affaires, ainsi que la capacité de l’entreprise à générer du profit.

Second avantage : la maîtrise du projet. Dans le cadre de son processus de recrutement d’un franchisé, puis de l’assistance technique et commerciale qu’il lui propose, le franchiseur s’assure de la réussite du projet. Notamment par le biais de la sélection des candidats, de leur formation, d’une étude de marché pour la future implantation et d’un suivi afin de garantir la réalisation du prévisionnel.

Dernier avantage et pas des moindres : l’équilibre financier. Et c’est le nerf de la guerre pour le banquier car même si le modèle économique est viable, sans une bonne maîtrise des finances, le projet peut échouer. C’est pourquoi, l’expérience du franchiseur est une réelle valeur ajoutée puisqu’il est en mesure de déterminer l’apport minimum nécessaire pour démarrer dans de bonnes conditions.

Le métier de la banque est de financer l’économie. Pour ce faire, la création d’entreprise est l’un des meilleurs leviers mais c’est aussi l’un des plus risqués car synonyme de perte d’argent potentielle. Par conséquent, l’enjeu pour la banque est de minimiser ce risque. Et c’est exactement ce qu’elle fait en finançant une franchise qui lui transmet un dossier complet, correctement budgété et qui a déjà fait ses preuves. Dans ce cas, le dernier élément déterminant sur lequel la banque pourrait encore émettre des doutes, c’est l’homme ou la femme qui se cache derrière le projet. Franchise ou pas, savoir se vendre pour convaincre le banquier est primordial.


Articles similaires

Comment choisir son franchiseur ?

Création d'entreprise La franchise rassure les banques

Visuel article financement_BW

Découvrez notre accompagnement

Les événements

En ligne ou en présentiel 

Participez gratuitement à nos rendez-vous en ligne ou en présentiel pour faire avancer votre projet.

La communauté

Rejoignez-nous

Un espace d'informations et d'échanges gratuit pour faire avancer votre projet